Le droit de l’adopté de participer à la révision de la loi sur l’adoption coréenne, Adoptees’ Right to Participate in Korean Adoption Law Revision


Here is the TRACK petition for Adoptees’ Right to Participate in Korean Adoption Law Revision. These petitions will be taken the Ministry of Health and Welfare this summer, and also the National Assembly later in the year

You have to go to these links to sign in French or English.

francais

English

SCROLL DOWN FOR ENGLISH

Le droit de l’adopté de participer à la révision de la loi sur l’adoption coréenne

Au ministère de la Santé, du Bien-être et de la Famille de la Corée du Sud.

Madame Park Sook-ja,

Nous soussignés, adoptés coréens nationaux et internationaux, parents adoptifs, parents de naissance, mères célibataires et monoparentales, et partisans alliés, vous exhortons vivement à inclure les adoptés et leurs familles de naissance (ci-après « parties investies ») en tant que partenaires égaux dans la création, le développement, la discussion et l’administration des révisions de la loi sur l’adoption de la Corée du Sud.

Pendant les 56 années d’adoption internationale de la Corée du Sud, le gouvernement sud-coréen a discuté sur ces parties investies, en essayant de représenter leurs meilleurs intérêts. Toutefois, le gouvernement a encore à travailler *avec* elles sur le processus qui influe leur vie de manière irrévocable.

Les familles de naissance des adoptés coréens sont des citoyens coréens. Les adoptés ont commencé leur vie comme des citoyens coréens. Seule la loi de l’adoption internationale de la Corée du Sud a fait d’eux des étrangers. Bien que les adoptés internationaux n’aient pas la citoyenneté sud-coréenne, ils possèdent l’autorité morale et le droit de participer aux procédures gouvernementales qui continuent à les créer.

En n’incluant pas ces parties investies, les audiences sur la loi de l’adoption du ministère de la Santé, du Bien-être et de la Famille ne tiennent aucun compte de leurs vies et celles de leurs familles (environ 1.000.000 citoyens coréens) qui continuent à être réduits au silence par le plus vieux programme d’adoption au monde. Depuis les années 1950, la Corée du Sud a envoyé le plus grand nombre d’enfants au monde en vue de l’adoption internationale. Une adoption internationale coûte aujourd’hui 17000$. Combien l’adoption internationale a rapporté à la Corée du Sud depuis sa création est actuellement inconnu.

En incluant ces parties investies, les révisions de la loi sur l’adoption de la Corée du Sud reflèteront démocratiquement les 1.160.000 d’années combinées d’expériences vécues par les adoptés et leurs familles (1 an pour chaque vie).

En tant que pays ayant le plus vieux et le plus important programme de l’adoption internationale au monde, la Corée du Sud peut établir une nouvelle norme éthique pour une représentation vraie et juste de ses membres les plus vulnérables de la société dont les vies sont affectées de manière irrévocable par les lois d’adoption de la Corée du Sud. Nous exhortons le gouvernement sud-coréen à ne pas manquer cette occasion.

Sincèrement,

les soussignés

Qui peut signer la pétition: les adoptés, les parents adoptifs, les parents de naissance, les mères célibataires et monoparentales, les personnes alliées et les organisations connexes.

Adoptees’ Right to Participate in Korean Adoption Law Revision

To: South Korean Ministry of Health, Welfare, and Family

Dear Director Park Sook-ja:

We — the undersigned Korean domestic and overseas adoptees, adoptive parents, birth parents, unwed and single mothers, and allied supporters — strongly urge you to include overseas and domestic adoptees and their birth families (henceforth “invested parties”) as equal partners in the creation, development, discussion, and administration of South Korea’s adoption law revisions.

In the 56 years of overseas South Korean adoption, the South Korean government has talked about these invested parties, attempting to represent their best interests. However, the South Korean government has yet to work *with* them on the very processes that irrevocably affect their lives.

The birth families of Korean adoptees are Korean nationals. Adoptees began their lives as Korean nationals. Only South Korea’s international adoption law made overseas adoptees foreigners. Though overseas adoptees lack South Korean citizenship, they have the moral authority and right to participate in the governmental procedures that continue to create them.

By not including these invested parties, the Ministry of Health, Welfare, and Family’s hearings on adoption law ignores their lives and those of their relatives (an estimated 1,000,000 Korean nationals) who continue to be silenced by the world’s longest-running adoption program. Since the 1950s, South Korea has sent away the greatest number of children for international adoption in the world. An international adoption today costs $17,000. How much money international adoption has brought into South Korea since its establishment is currently unknown.

By including these invested parties, South Korea’s adoption law revisions will democratically reflect over 1,160,000 combined years of adoptee and adoptee relatives’ lived experience (1 year for each life).

As the world’s largest and oldest international adoption program, South Korea can set a new ethical standard for the true and just representation of its most vulnerable members of society, whose lives are irrevocably affected by South Korea’s adoption laws. We urge the South Korean government not to miss this opportunity.

Sincerely,
The Undersigned

About jjtrenka

www.adoptionjustice.com
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.